Le Millepertuis, Hypericum perforatum : bienfaits, propriétés médicinales et utilisations

millepertuis-shutterstock_129028070

Le millepertuis, Hypericum perforatum, est une herbacée vivace de 20 à 80 cm aux fleurs jaunes groupées en bouquets. Les feuilles ovales montrent par transparence de petites perforations (ou pertuis = trous) qui lui ont donné son nom de « millepertuis ». C’est une plante commune en Europe. On la trouve souvent sur les bords de chemin et les lieux incultes. On l’appelle également « herbe à mille trous », « herbe de la Saint-Jean », « herbe aux mille vertus ».

C’est une des fleurs de la Saint-Jean, sa floraison correspond avec le solstice d’été. Il était autrefois de coutume de cueillir le millepertuis le 21 juin à midi précisément afin de réaliser des bouquets qui seraient suspendus au plafond de la pièce principale de la maison afin d’empêcher les mauvais esprits d’y pénétrer.

Chez les Grecs et les Romains, le millepertuis était principalement employé pour traiter les blessures des soldats, favoriser la cicatrisation des plaies et traiter les crises de gouttes ou de rhumatisme.

C’est au Moyen Âge que le millepertuis a été utilisé pour la première fois pour traiter des troubles psychologiques. Il était prescrit à l’époque dans les cas de démences.

Au XIXe siècle, il a été employé pour traiter les affections nerveuses « plus légères » notamment l’hystérie.

On trouve des mentions de son action anti-dépressive à partir de 1960, en Allemagne. Cela fait d’ailleurs plus de 30 ans que la plante est reconnue en Allemagne pour les troubles dépressifs légers ; il faudra attendre 2002 en France pour avoir la même reconnaissance.

Propriétés médicinales du millepertuis

Ce sont les sommités fleuries qui sont utilisées en phytothérapie. La récolte s’effectue de juin à septembre.

Les principaux constituants du millepertuis sont l’hypéricine (pigment rouge), l’hyperforine, des dérivés polyphénoliques (qui lui confèrent ses propriétés antidépressives), des flavonoïdes, des tanins, l’acide caféique et de l’huile essentielle (0,2 %).

Le millepertuis est indiqué dans les cas de dépressions légères, les effets secondaires de la ménopause ; les troubles anxieux; les troubles psychosomatiques, les troubles de l’humeur et du sommeil. Il y a de bons résultats sur les cas de dépressions infantiles et d’énurésie tardive. Contrairement aux antidépresseurs allopathiques, le millepertuis n’engendre pas d’accoutumance, il est d’ailleurs employée régulièrement en période de sevrage aux antidépresseurs.

Le millepertuis possède des propriétés qui permettent d’abaisser le seuil de douleurs intenses (chronique ou non). On l’utilisera dans les cas de règles douloureuses, des migraines d’origine hépatique, les névralgies liées à un traumatisme.

En homéopathie

Le millepertuis est connu en homéopathie pour ses propriétés anti-névralgiques. On l’utilise pour les douleurs chroniques, pour modifier le seuil de la douleur, pour son effet désinhibiteur.

Le macérât huileux de millepertuis

Voir la recette du macérât huileux de millepertuis ICI.

Le macérât huileux de millepertuis est recommandé pour soulager les brûlures au 1er degré (coup de soleil, brûlure légère, brûlures liées à la radiothérapie, érythème fessier, brûlures d’irritations..). Il apaise les crampes, des douleurs musculaires, les crises de rhumatismes et les entorses.

On l’utilise également dans le traitement des peaux sèches avec desquamation.

Attention, ce macérât est photosensibilisant. Ne vous exposez pas au soleil après application.

millepertuis-shutterstock_146743469

Posologie

En extrait sec, la prise est de 600 à 900 mg par jour.

En teinture mère, la dose varie de 3 à 4,5 ml par jour.

En tisane, faites infuser 2 cuillères à café dans 150 ml d’eau bouillante pendant 10 minutes. Buvez 1 à 2 tasses par jour.

Il faut attendre 2 semaines pour voir les premiers effets et le traitement devra se poursuivre sur une moyenne de 3 mois.

La posologie dépend du trouble à traiter et de vos antécédents ou état actuel de santé. Seuls un médecin ou un pharmacien peuvent vous indiquer avec précision la posologie à respecter.

Contre-indications

La prise de millepertuis peut entraîner des troubles digestifs ou une réaction allergique.

Interaction possible avec certains médicaments comme les antidépresseurs IRS, la digoxine, la théophylline, la ciclosporine, les anticoagulants, les immunosuppresseurs, les contraceptifs oraux.

Depuis 2001, toutes les préparations à base de millepertuis doivent comporter la mention « Attention, risque d’interaction médicamenteuse. L’association de cette préparation de millepertuis à d’autres médicaments peut entraîner une diminution de leur efficacité. À l’inverse, une interruption brutale de la prise de millepertuis peut majorer la toxicité de ces médicaments. Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien ».

La vente de millepertuis n’est autorisée qu’en pharmacie.

Le millepertuis est photosensibilisant que ce soit en usage interne ou externe. Ne vous exposez pas au soleil après application ou consommation.

Ne pas utiliser chez la femme enceinte ou allaitante, les nourrissons et les enfants de moins de 6 ans sans prescription médicale.

Bibliographie

Cours Hippocratus

Traité pratique de phytothérapie de Jean-Michel Morel – Éditions Grancher

Guide de phytothérapie de Jorg Grunwald et Christof Janicke – Editions Marabout

Santé et bien-être par les plantes de Martine Bonnabel-Blaize – Éditions Edisud

Bienfaits des herbes et des plantes de Jennie Harding – Éditions Parragon

Les plantes qui guérissent de Sophie Lacoste – Éditions Leduc

Les plantes médicinales de Provence et d’ailleurs de Nathalie Clot Havond – Éditions Edisud

passeportsanté.net

Important

L’ensemble des informations mentionnées n’est donné qu’à titre indicatif et ne peut en aucun cas remplacer un avis médical précis pour chaque personne. Veuillez consulter votre pharmacien ou praticien avant tout usage.



Rendez-vous sur Hellocoton !

  5 comments for “Le Millepertuis, Hypericum perforatum : bienfaits, propriétés médicinales et utilisations

  1. Céline
    29 juillet 2016 at 23 h 09 min

    Coucou Séverine
    j’adore le millepertuis et son splendide macérat… Je n’ai pas pris le temps d’en faire encore cette année, et je manque parfois d’idées pour l’utiliser, en dehors de mon classique lait apaisant pour le corps…
    Quelles sont tes utilisations habituelles du millepertuis, en macérât ou autre ?
    Je te souhaite un beau week-end

    • 30 juillet 2016 at 7 h 48 min

      Coucou Céline,
      Je l’utilise en macérât et je fais un baume cicatrisant que j’utilise en cas de petits bobos : brûlures, coupures et égratignures en tout genre, coup de soleil, irritations….Je l’utilise également dans ma crème pour les mains en hiver.
      Je ne fais pas du macérât tous les ans car j’en utilise peu.
      Bon week-end et à bientôt.

  2. Céline
    30 juillet 2016 at 8 h 15 min

    Merci Séverine,
    je vais m’inspirer de ces excellentes idées !
    @bientôt

  3. 8 août 2016 at 14 h 55 min

    J’aime beaucoup le millepertuis comme Céline, mais je n’en ai plus cueilli depuis de nombreuses années maintenant, c’est dommage car c’est une plante bien utile en effet. Merci pour cet article.
    J’ai cherché du kudzu et commandé de la teinture mère en pharmacie…sans succès !!! ils ne connaissent pas. Sais-tu où trouver cette teinture mère toi ? Il serait temps de réhabiliter le diplôme d’herboriste 😉
    Bises Séverine, bon courage pour la semaine.

    • 8 août 2016 at 19 h 17 min

      Bonjour Clémentine,
      Je trouve du kudzu en gomme dans ma biocoop et des gélules chez « ma boutique o naturel ».
      Je ne connais pas de bonnes adresses pour la teinture mère.
      Bien d’accord pour le diplôme d’herboriste. Un jour peut-être….
      Bonne semaine à toi aussi. Bises

Laisser un commentaire