Les plantains: bienfaits, propriétés médicinales et utilisations

plantain-shutterstock_142917220

Les plantains, Plantago major et Plantago lanceolata sont très communs. Ce sont de petites plantes vivaces qui mesurent environ 10 cm, mais peuvent atteindre 60 cm de haut. Les plantains poussent dans les prairies, les bords de chemins, les décombres, les berges, les lieux habités….
Il existe pas moins de 300 espèces de plantains, mais ces 2 variétés sont les plus couramment employées en phytothérapie bien que les autres plantains aient, eux aussi, des propriétés médicinales.

Une troisième espèce, le plantain psyllium ou plantain des Indes est recherché pour ses graines riches en mucilage qui ont un effet laxatif. Je ne parlerais pas de ce plantain dans cet article, car un article lui sera consacré.

Le nom latin « Plantago » signifie « Plante qui agit » en référence à ses vertus médicinales. Cette plante aujourd’hui relégué au rang des « mauvaises herbes » avait jusqu’au 20ème siècle, une place importante dans la pharmacopée traditionnelle. Cette place est amplement méritée tellement ses propriétés sont variées et sont emplois, sans risques.

Les propriétés médicinales des plantains

La plante entière peut être consommée. Le plus généralement, c’est les feuilles et les graines qui sont employées. Le plantain est utilisé de préférence frais, mais il est possible de le transformer en teinture mère (voir la recette ICI) afin de le conserver toute l’année. Les feuilles se récoltent d’avril à mai et les graines de juin à octobre.

Les plantains sont riches en polysaccharides (mucilages), iridoides (dont l’aucuboside qui est anti-inflammatoire et antibactérien, mais qui perd ses propriétés quand la plante n’est pas fraîche), flavonoïdes, tanins, acides-phénols, pectine, soufre, phosphore, fer, calcium.

Le mucilage contenu dans la plante a une action cicatrisante et anti-inflammatoire. Il apaise les muqueuses, réduit les reflux et acidités gastriques. Les teintures mères et les tisanes de plantains sont recommandées dans les cas de gastrites, d’ulcères gastro-duodénaux, de colites inflammatoires, de diarrhées.

Grâce à la présence de phényléthanoides, les plantains ont une action antihistaminique et sont donc employés comme antiallergique.

Les plantains sont également anti-inflammatoires et notamment un anti-inflammatoire des voies aériennes, antitussifs, mucolytiques, spasmolytiques et expectorants. Lors d’un arrêt tabagique, il favorise le nettoyage des poumons. Le mucilage en fait un très bon adoucissant en cas d’irritations causées par la toux.

Son action antihistaminique et anti-inflammatoire des voies aériennes en fait un remède de prédilection dans le traitement de l’asthme.

Diurétique et dépuratif grâce à l’aucubine contenu dans les feuilles fraîches, le plantain purifie l’organisme.

Tonique, il est reconstituant en cas de convalescence.

Les graines forment un gel émollient au contact de l’eau. Elles ont un effet laxatif et elles adoucissent les muqueuses de l’estomac en cas d’inflammation gastrique. Pour profiter de ces vertus, faites tremper pendant une heure, une cuillère à soupe de graines de plantain dans 150 ml d’eau. Boire la totalité tout au long de la journée ou en une seule prise.

En usage externe, le plantain soulage efficacement et rapidement les piqûres d’insectes. En cas de piqûres, prenez une feuille fraîche, broyez-la et appliquez-la sur la piqûre.
La plante fraîche a de puissantes vertus antibactériennes.

Le mucilage contenu dans les feuilles a des vertus calmantes, adoucissantes, apaisantes des irritations et des muqueuses. Les tisanes froides et appliquées en compresse apaiseront les conjonctivites et les inflammations des paupières.
Astringent et hémostatique, le plantain permet d’arrêter les petits saignements.

Ribwort_600

Le plantain en cuisine

Les jeunes feuilles sont très appréciées en cuisine, elles ont un goût rappelant les haricots verts. Elles se consomment cuites ou crues en tarte, potage, gratin, salade, pesto….

Les « vieilles » feuilles sont fibreuses et coriaces. Elles sont peu agréables à consommer, mais peuvent être employées dans les potages. Favoriser les premières feuilles qui apparaissent jusqu’à mai pour un usage culinaire.

Le plantain est riche en vitamine A, C et K, fer, calcium et phosphore.

Précautions d’utilisation

Aucun effet secondaire ou contre-indication n’est connu, mais par mesure de sécurité, prenez conseil auprès de votre médecin ou de votre pharmacien.

Bibliographie

Cours Hippocratus

Traité pratique de phytothérapie de Jean-Michel Morel – Éditions Grancher

Guide de phytothérapie de Jorg Grunwald et Christof Janicke – Editions Marabout

Santé et bien-être par les plantes de Martine Bonnabel-Blaize – Éditions Edisud

Bienfaits des herbes et des plantes de Jennie Harding – Éditions Parragon

Les plantes qui guérissent de Sophie Lacoste – Éditions Leduc

Les plantes médicinales de Provence et d’ailleurs de Nathalie Clot Havond – Éditions Edisud

 

Important

L’ensemble des informations mentionnées n’est donné qu’à titre indicatif et ne peut en aucun cas remplacer un avis médical précis pour chaque personne. Veuillez consulter votre pharmacien ou praticien avant tout usage.




Rendez-vous sur Hellocoton !

  3 comments for “Les plantains: bienfaits, propriétés médicinales et utilisations

  1. 9 août 2016 at 20 h 15 min

    Voilà une plante qui me parle bien, je l’avais évoquée dans un article sur les plantes sauvages comestibles. J’en ai cueilli un plein panier que j’ai fait sécher et que je bois en tisane maintenant. C’est une plante très intéressante et dont l’usage est vraiment très ancien. Bonne idée de lui consacrer un article.

Laisser un commentaire