Pourquoi je n’utilise pas d’huile de palme…

Crédit photo Wikimedia Commons

Crédit photo Wikimedia Commons

On m’a souvent demandé quel était le problème avec l’huile de palme? pourquoi a-t-elle mauvaise presse? Est-ce qu’elle est nocive ?

Et, j’ai compris à travers ces questions qu’il y avait un amalgame entre écologie et santé et que le sujet de l’huile de palme était flou pour certains d’entre vous.

Voici quelques données sur l’huile de palme et je vous explique à la fin pourquoi, moi, je n’en utilise pas.

L’huile de palme et l’huile palmiste, c’est quoi ?

L’huile de palme et l’huile palmiste sont des huiles végétales issues du palmier, Elaeis guineensis d’origine africaine.

L’huile de palme est extraite de la chair des fruits et l’huile palmiste vient du broyage des graines du fruit.

Et ça sert à quoi en cosmétique ?

En cosmétique, l’huile de palme est utilisée pour ses propriétés nourrissantes, hydratantes, adoucissantes, protectrices et lissantes.

Elle est souvent employée en savonnerie, car elle donne des savons doux, crémeux et améliore la dureté des savons.

Et pour la santé ?

L’huile de palme brute est composée environ de 50 % d’acides gras saturés (dont 40 % d’acide gras palmique), 40 % d’acide gras insaturés, 10 % d’acide gras polyinsaturés. Elle est riche en vitamine A, E, K et D ainsi qu’en tocophérols, un antioxydant.
L’huile de palme non raffinée (obtenue par pression à chaude de la chair des fruits) est une bonne huile alimentaire.

Les acides gras saturés (en petite quantité) sont bons pour la santé, ils fournissent de l’énergie à l’organisme et des vitamines.

L’huile de palme « transformée » pour l’industrie alimentaire

Dans l’industrie agroalimentaire, l’huile de palme est transformée avant d’être utilisée dans la composition de nombreux aliments.
Elle est raffinée, décolorée et désodorisée (par ajout d’eau chaude) puis réduite par chauffage pour extraire toute l’eau qu’elle peut encore contenir.

Ensuite, cette huile de palme est fractionnée pour obtenir une fraction liquide (l’oléine de palme) et une fraction solide (la stéarine de palme).

La stéarine de palme contient davantage d’acides gras saturés que l’huile de palme brute dont environ 70 % d’acide gras palmique qui favorise le mauvais cholestérol dans le sang et la fragilité de l’appareil cardio-vasculaire.
Certains médecins parlent d’une augmentation de la production de cellule cancéreuse lors de surconsommation d’acide palmique. ( mais personnellement, je n’ai trouvé aucune étude concernant ce sujet).

L’oléine de palme est hydrogénée pour la rendre solide à température ambiante. Cette oléine de palme contient en plus d’un taux élevé d’acide gras saturés, des acides gras trans, qui sont nocifs pour notre santé s’ils sont consommés en grande quantité.
Les acides gras trans font partie des acides gras insaturés et sont transformés après hydrogénation partielle ou totale.
On trouve en faible quantité naturellement des acides gras trans dans les laitages et la viande de bœuf ou de mouton.
La consommation d’acide gras trans même à faible dose augmente les risques de maladies cardio-vasculaires et de cancers du sein.

C’est quoi le problème pour la santé ?

Le problème c’est que l’excès d’acide gras saturé peut augmenter les risques de maladies cardio-vasculaires, de cholestérols et d’obésité. Quant aux acides gras trans, comme on vient de le voir, ils sont nocifs pour notre santé.

Le second problème, c’est que l’huile de palme étant peu coûteuse et facile d’utilisation pour les industriels, on la retrouve partout ! frites, biscuits, margarine, viennoiseries, plats préparés, pain de mie, barre chocolatée, margarine, biscuits apéritifs, sauces, chips, pâtisserie, glaces et crèmes glacées, pizza, pâte à tarte, mayonnaise, moutarde, céréales du petit déjeuner, pâte à tartiner….

Difficile d’en faire l’impasse en consommant des produits industriels ! La FAO ( Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture ) estime qu’un produit industriel sur deux contient de l’huile de palme hydrogénée.

Pourquoi modifier l’huile de palme brute ?

L’huile de palme brute est modifiée afin d’avoir une consistante solide et stable, d’être plus facile d’utilisation et de stockage, d’éviter les odeurs que pourrait dégager naturellement l’huile de palme, de limiter l’oxydation (et donc son rancissement) et d’améliorer la conservation des produits.

L’huile de palme et l’écologie

L’huile de palme a un fort rendement 4,1 tonnes d’huile/hectare (contre 0,55 tonne d’huile/hectare pour l’huile de tournesol, par exemple) et le palmier peut produire pendant 30 ans (niveau rendement, c’est difficile de faire mieux!) ; si on ajoute à ceci son faible coût et ses intérêts industriels, on comprend pourquoi la demande augmente chaque année d’environ 8/.

Oui, mais, puisque la demande s’accroît, il faut aussi augmenter la production (jusque-là, c’est logique). Or le problème est que pour cultiver l’huile de palme, on brûle des hectares de forêt pour y planter des palmiers.
Cette déforestation cause la disparation de nombreuses espèces végétales et animales. C’est notamment le cas des forêts en Malaisie, Indonésie et Papouasie-Nouvelle-Guinée.

La FAO ( Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture ) estime entre 17 et 27 % la déforestation due au palmier à huile en Indonésie et à 80 % en Malaisie. 27 % des palmeraies sont sur d’anciennes forêts tourbeuses. La moitié des palmeraies sont sur d’anciennes forêts.

WWF estime que d’ici à 2020, le développement du palmier à huile se fera encore à 60 % en Indonésie, ce qui menace quatre autres millions d’hectares de forêts naturelles.

La déforestation réduit les habitats de certaines espèces comme l’orang-outan, l’éléphant et le tigre de Sumatra et bien d’autres…La déforestation contraint les espèces animales à se déplacer vers les zones habitées par l’homme ce qui engendre des conflits entre hommes et animaux.
Sans compter la menace que cela représente pour certains villages dont les zones de chasse et de cueillettes sont restreintes et leur habitat menacé.

Mais ce n’est pas tout, en plus d’impacter sur la biodiversité et les activités humaines, la déforestation intensifie le réchauffement climatique.

Selon Notre Planete Info : « La disparition massive de la forêt tropicale humide au profit des prairies et des cultures diminue d’autant l’évapotranspiration (évaporation + transpiration des végétaux) et donc l’humidité de l’air. C’est ce qu’a montré une étude de la l’université de Leeds (Grande-Bretagne) menée par Dominick Spracklen.

La déforestation contribue à 25 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, c’est le troisième poste émetteur après l’approvisionnement énergétique et l’industrie. »

L’huile de palme durable

Une table ronde pour l’huile de palme durable RSPO (pour Round table of sustainable palm oil) a été mise en place. 

Selon WWF : « Cette initiative multi-acteurs a pour but de favoriser le développement durable de la production et de l’usage d’huile de palme. Ces principes et critères requièrent entre autres que les plantations de palmiers à huile ne soient pas issues de nouvelles conversions de forêts naturelles. Les terres nécessaires pour la nature et l’homme ne doivent pas être converties en plantations. De plus dans une plantation certifiée RSPO, les pollutions et les déchets doivent être réduits et les feux évités. »

Pourquoi je n’utilise pas d’huile de palme ?

J’ai fait le choix de ne pas utiliser d’huile de palme dans mes recettes cosmétiques, mes savons, mon alimentation principalement pour l’impact écologique de sa culture.

Et l’huile de palme responsable ?
Pour moi, c’est un peu du GreenWashing ! Certaines entreprises inscrites au RSPO n’utilisent pas plus de 3 % d’huile de palme durable dans la composition de leurs produits (selon l’association L’Huile de palme : NON !). Et la culture de palmier à huile « durable » n’efface en rien la déforestation pratiquée en masse depuis plus de 10 ans ! (je ne parle même pas de l’exploitation des populations qui travaillent sur les zones de culture).

Au quotidien, je scrute les étiquettes pour éliminer l’huile de palme.
Je reste toutefois humaine et je craque parfois pour une barre chocolatée ou un pot de crème glacée, mais dans la majorité des cas, lorsque je mange chez moi, je suis vigilante et je fais tout moi-même.

Pareil pour les cosmétiques. Je me suis rendu compte que pas mal de produits (émulsifiant, tensioactif…) contenaient de l’huile de palme. J’ai donc fait le choix de remplacer ces ingrédients de mes recettes et d’adopter des recettes plus « slow ». Et, c’est aussi pour cela que certaines recettes ont disparu du blog ou ont été modifiées.

Faire tout soi-même : oui, c’est long. Oui, c’est contraignant. Mais, je ne le fais pas uniquement à cause de l’huile de palme, je le fais d’une manière générale, car je fais attention à ma santé et à ce que je consomme. C’est un mode de vie que j’ai adopté par conviction écologique et pour mon bien-être. Il s’agit là d’un point de vue personnel et je n’encourage personne à faire comme moi. Je ne dis pas non plus que consommer de l’huile de palme est « mal ». Chacun son point de vue sur la question et je respecte le choix de chacun.

Et vous, quel est votre point de vue sur l’huile de palme ? En consommez-vous ? Pourquoi ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

  18 comments for “Pourquoi je n’utilise pas d’huile de palme…

  1. 12 mars 2015 at 11 h 43 min

    Super article très intéressant, merci !
    Des bisous
    La Brune

  2. 12 mars 2015 at 13 h 36 min

    Super article !
    Comme toi, je fais attention à l’huile de palme dans mon alimentation pour le point de vue écolo mais aussi pour la santé mais j’avoue ne pas faire attention plus que ça dans les cosmétos …
    Bisous

    • 12 mars 2015 at 15 h 42 min

      Merci Kakou !
      J’ai commencé par l’alimentation puis petit à petit, j’ai fait le tri dans les cosmétiques.
      Mais j’imaginais pas qu’il puisse y en avoir autour dans les cosmétiques…

      Bisous

  3. nathalie
    12 mars 2015 at 14 h 25 min

    oh lala que c’est difficile de faire le tri il y en a partout je cherche désespérément de la base savon mel&pourt sans huile de palme les tensio-actif pareil et quand on me demande tu reproche quoi à l’huile de palme,j’ai beau expliquer mon point de vue sa a l’air d’étonné et oui en 2015 les gens ne se sentent pas concerné par la déforestation et l’environnement……dommage

    • 12 mars 2015 at 15 h 40 min

      C’est difficile en effet de trouver des bases melt & pour sans huile de palme. Pour les tensioactifs, on peut encore en trouver mais ce n’est pas les moins cher…
      C’est en effet bien dommage que les gens ne prennent pas conscience des problèmes écologiques !

  4. 12 mars 2015 at 19 h 57 min

    Perso je n’utilise pas d’huile de palme principalement pour l’écologie… Donc j’essaie de le bannir aussi de mes cosmétiques. Quitte à payer un peu plus…

    • 12 mars 2015 at 21 h 03 min

      C’est également ce que je fais mais comme je réalise des recettes très slow, ça ne me revient pas très cher.

  5. 12 mars 2015 at 21 h 38 min

    Coucou
    merci pour cet article !
    Je suis tout à fait sur la même démarche, pour l’huile palme mais aussi et surtout pour la démarche globale que tu décris dans la fin de ton article…
    il n’y a effectivement que dans mes savons en SAF que j’en mets encore, et seulement de l’huile de palme vierge, mais je vais arrêter aussi…
    bonne soirée

    • 13 mars 2015 at 8 h 06 min

      Coucou Céline,

      C’est vrai qu’en SAF, c’est tentant vu toutes ses propriétés et la texture qu’elle donne au savon. J’utilise de l’huile de coco à la place de l’huile de palme, c’est pas mal.
      Merci pour ton partage.

      Bonne journée

  6. 12 mars 2015 at 22 h 23 min

    Je fais attention dans l’alimentation à l’exclure, nous cuisinons et n’achetons pas de plats préparés mais il est parfois bien difficile de trouver un paquet de choco par exemple sans huile de palme. … donc la consommation est nettement réduite et nous essayons de plus en plus de laisser de côté les grandes surfaces pour faire nous courses de façons plus éthiques. … un choix a faire tout en tenant compte d’un budget serré, donc il reste quand même des produits avec palme malheureusement.
    Dans la cosmétique, je fais attention, si elle est clairement indiqué je passe mon chemin, et c’est souvent dans les savons même en magasin bio que je la repère. ..

    • 13 mars 2015 at 8 h 04 min

      Oui pareil Nathalie, je suis vigilante mais parfois, je craque pour des gâteaux ou autres…et j’ai aussi un budget serré.
      C’est pas évident de passer outre.

  7. 13 mars 2015 at 6 h 34 min

    Cela fait plusieurs années que je n’ai pas touché à l’huile de palme. Certains trouvent ça contraignant mais au final, on a même plus besoin de réfléchir en faisant ses courses. Quant à l’huile RSPO, ça me fait doucement rigoler quand on sait qu’un des membres est le fabricant de l’insecticide qui tuent des centaines de gens dans les palmeraies…
    Merci à toi pour cet article en tout cas, il est temps que les gens apprennent à vivre sans Nutella 🙂

  8. 19 avril 2015 at 14 h 56 min

    Je découvre (un peu en retard !) ton article très intéressant et très complet sur l’huile de palme. Pour moi, elle signifie juste « danger », danger pour la santé (interdite aux États-Unis dans l’alimentaire depuis de nombreuses années), danger pour l’écologie, etc…
    Je n’en consomme plus depuis plus de 10 ans, enfin presque, car il est difficile d’acheter des biscottes sans huile de palme. Finalement, j’ai arrêté d’acheter aussi ce genre de produits (pas facile de tout faire non plus !). Pour les produits cosmétiques, elle ne fait pas partie des ingrédients que j’utilise. Par contre, je m’étonne de voir autant de produits en magasins bio contenant de l’huile de palme !
    Belle journée à toi.

    • 19 avril 2015 at 15 h 54 min

      Merci pour ton message Clémentine.
      Moi aussi, je suis étonnée que l’on trouve autant de produits contenant de l’huile de palme dans les magasins bio. Je trouve ça dommage ( et un peu hypocrite ) !
      C’est long de tout faire soi-même mais au final, je m’y retrouve financièrement, c’est plus écologique et ça limite le gaspillage et la surconsommation.

      Bon dimanche.

  9. 13 mai 2017 at 0 h 14 min

    Bonjour,
    Tout d abord j’adore votre blog je suis fan… Merci pour cet article. Huile de palme et partout je fabrique tous mes produits maison et c’est très compliquée même les magasins bio leurs produits sont fabriqués avec huile de palme donc je passe du temps à lire les étiquettes et les noms différents correspondant à l’hule de palme s’est impréssionnant. Je viens de me rentre compte que même dans la glycérine végétale il y à de l’huile de palme vraiment dégoutée…merci au magasin bio quelle belle hypocrisie heureusement qu’il y a des personnes comme vous pour nous informer….Je ne veux pas de l’huile de palme bio ou pas c’est ma conviction au niveau de la nature et des animaux.
    sandrine leroy

    • 13 mai 2017 at 7 h 53 min

      Bonjour Sandrine et merci de votre message.
      En effet, bio ne veut pas dire sans huile de palme et il faut bien regarder les étiquettes.
      Je crois que sur ce point, on n’est pas prêt d’évoluer, malheureusement…l’économie l’emporte toujours sur l’environnement.
      Pour la glycérine végétale, il en existe sans huile de palme (mais 2 fois plus cher), j’achète la mienne sur la boutique « les utiles de Zinette »
      Merci de votre témoignage et à bientôt

Laisser un commentaire