Le Calendula ou Souci des jardins, propriétés et utilisations

Le Calendula ou Souci des jardins, Calendula officinalis, est une plante annuelle aux fleurs regroupées en capitules et de couleur j’aune d’or ou orange.

À l’état sauvage, on trouve le Souci des champs ou Souci des vignes, Calendula arvensis, commun dans les régions méditerranéennes. Très proche du Souci des jardins tant par son aspect que par ses vertus, le Souci des champs est plus petit et les fleurs sont disposées en rang simple alors que chez le Souci des jardins, les fleurs sont disposées sur 2 ou 3 rangs.

L’origine du nom Souci vient du bas latin « solsequier », qui signifie « qui suit le soleil », car les inflorescences du souci s’ouvrent à l’ascension de l’astre du jour.

La décoction des fleurs est utilisée pour la teinture des textiles (plante tinctoriale) et la réalisation de peinture végétale.

Au jardin, le Calendula est une plante facile à cultiver qui demande peu d’entretien. Elle éloigne les pucerons et les aleurodes de votre jardin et de vos serres. En purin, elle favorise la croissance des plantes.

Le Calendula en cuisine

Les fleurs du Calendula sont comestibles. Elles ont un goût légèrement camphré.
Elles peuvent servir à décorer les plats sucrés et salés.

Les feuilles jeunes se consomment crues en salade.

Les propriétés médicinales du calendula

Les fleurs sont employées en infusion pour ses vertus sudorifiques, mais surtout pour favoriser l’apparition des règles et apaiser les douleurs menstruelles.
Elle combat les infections et les inflammations du système digestif, les ulcères, les spasmes gastro-intestinaux.
Elle favorise le drainage du foie.
Elle prévient les maux de l’hiver en renforçant le système immunitaire.

En usage externe

En lotion (tisane refroidie) ou hydrolat.
Feuilles et fleurs sont vulnéraires, elles sont anti-infectieuses, antibactériennes et lutte contre les maladies dermatologiques telles que l’eczéma, l’acné, l’urticaire, le psoriasis, l’acné…). Elle prévient les dermatites et les troubles dermatologiques chroniques.
Antioedémateux, on l’utilise pour traiter les oedèmes variqueux.
Elles apaisent les piqûres d’insectes et d’ortie.
Hildegarde de Bingen l’utilisait pour traiter la teigne du cuir chevelu.

À usage gynécologique, il apaise les démangeaisons, des irritations, les sécheresses vaginales, prévient les mycoses récidivantes.

Le Calendula calme les brûlures, le feu du rasoir, les érythèmes fessiers des nourrissons, les irritations…
Il favorise la cicatrisation, la désinfection des plaies, et prévient le staphylocoque doré.

Le macérât huileux de Calendula est cicatrisant, apaisant, anti-inflammatoire. Voir la recette du macérât huileux de Calendula ICI

En gargarisme, le Calendula apaise les muqueuses irritées de la bouche.
En collyre, elle apaise les conjonctivites.

En cosmétique

Le Calendula est riche en antioxydant, les tisanes refroidies ou les hydrolats sont antirides.
Il est apaisant, adoucissant, hydratant, calme les rougeurs de la peau.
C’est une plante idéale pour les peaux irritées, abîmes, atopiques et sensibles.

Posologie

Par voie interne
2 g de fleurs sèches infusées dans 200 ml d’eau. Prendre 2 à 3 tisanes par jours pendant 15 jours maximum.

Par voie externe
Appliquer l’hydrolat ou l’infusion refroidie au besoin.

Contre-indications

Il est déconseillé de consommer ou de prendre des infusions de fleurs de Calendula aux femmes enceintes et aux femmes ayant des règles abondantes.

Important

L’ensemble des informations mentionnées n’est donné qu’à titre indicatif et ne peut en aucun cas remplacer un avis médical précis pour chaque personne. Veuillez consulter votre pharmacien ou médecin avant tout usage.

Références bibliographiques

Cours Hippocratus

Traité pratique de phytothérapie de Jean-Michel Morel – Éditions Grancher

Guide de phytothérapie de Jorg Grunwald et Christof Janicke – Editions Marabout

Santé et bien-être par les plantes de Martine Bonnabel-Blaize – Éditions Edisud

Bienfaits des herbes et des plantes de Jennie Harding – Éditions Parragon

Les plantes qui guérissent de Sophie Lacoste – Éditions Leduc

Les plantes médicinales de Provence et d’ailleurs de Nathalie Clot Havond – Éditions Edisud

Le guide des plantes qui soignent – Éditions Vidal

passeportsanté.net




Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.